La Tunisie a enregistré au cours des dernières décennies une croissance économique importante. Celle-ci s'est traduite - entre autre - par une forte évolution des quantités de déchets industriels et spéciaux (DIS). Selon les résultats des études réalisées en la matière, la quantité des déchets provenant des activités industrielles dans les différents secteurs est estimée à 150 mille tonnes/an.
 Les huiles usées non chlorées constituent une grande partie. Elles sont recyclées dans une installation de raffinage à Bizerte. La majorité des autres déchets industriels sont traitables à Jradou. Ce sont p.e. des boues provenant du secteur pétrolier, des séparateurs eau/hydrocarbures et du traitement des eaux industrielles usées, des déchets liquides du dégraissage, de la mise en forme et du traitement des surfaces métalliques, des emballages contenant des résidus de substances dangereuses, des pesticides et produits pharmaceutiques abîmes, des scories de fusion et des sables et moules contaminés de fonderie etc.
puce_flech_1_.jpg La distribution des DIS selon les secteurs industriels est la suivante :   
 
 G3_fr_1_.gif              
puce_flech_1_.jpg La réussite de la politique durable dans la gestion des DIS en Tunisie se traduit par quelques chiffres clés qui ressortent des outils administratifs de suivi et des rapports continus en matière de gestion des déchets et qui nécessitent une observation à long terme (dits "indicateurs").
 
Les quatre indicateurs pour montrer cette évolution en matière de gestion des déchets dangereux
en Tunisie sont les suivants:

1. Production totale de DIS en Tunisie;
2. Collecte et élimination de DIS en Tunisie, par unité de traitement;
3. Stockage interne de DIS dans les entreprises de la Tunisie; et
4. Exportation de DIS non traitable localement par pays de destination.

Publications

publication.jpg

Galerie photos

galphoto.jpg

Colloques et Séminaires

colloque.jpg

Galerie videos